top of page

FAUSSES COUCHES : les comprendre et les éviter ?

L’espèce humaine est l'une des moins fertile : En effet, seulement 17 % des femmes en couple avec un homme (sans troubles de la fertilité) tombent enceintes lorsqu’elles le souhaitent.

La plupart des fausses couches ont lieu durant le 1er trimestre de grossesse, au-delà de cette période, les taux d’évolution positive d’une grossesse augmentent de façon exponentielle.


CAUSES ET TRAITEMENTS APPROPRIÉS

1/Anomalies génétiques de l'embryon

Elles sont responsables de 50 à 70 % des fausses couches qui ont lieu dans le 1er trimestre. Nous faisons référence essentiellement à des causes chromosomiques, c’est-à-dire, à des altérations qui concerne le nombre de chromosomes ou à la structure des chromosomes (Délétion : un bout du chromosome est manquant. Translocation : les chromosomes ont un bout qui correspond à un autre chromosome. Inversion : les chromosomes ont un bout inversé).

La grande majorité des anomalies chromosomiques sont « de novo » : elles ne s’héritent ni du père ni de la mère.

Traitement >> Le DGP ou Diagnostic Génétique Préimplantatoire. Cela consiste à analyser les embryons d’un cycle de fécondation in vitro pour identifier les embryons sains à transférer in utéro.

2/ Causes auto-immunes (anticorps anti-phospholipides)

Certains anticorps rendent difficile l’accroche de l’embryon dans l’endomètre et induisent des thromboses dans les vaisseaux sanguins du placenta.

Traitement >> Prise d'ACC (acide acétylsalicylique) + Héparine.

3/Causes infectieuses : toxoplasmose et rubéole

Dans le cas où la mère ne serait non vaccinée /non immunisée et qu’elle contracterait la maladie durant les premiers mois de la grossesse.

4/Malformation de l'utérus

Par exemple lorsque la mère possède un utérus avec septum (une cloison).

Traitement >> Intervention chirurgicale pour résoudre les défauts anatomiques de l’utérus

5/Causes immunologiques ou cellules Natural Killers (NK / KIR)

Lorsque les cellules de défense (lymphocytes) lancent une réponse immunitaire contre l’embryon empêchant ainsi son implantation. Cette réaction immunitaire peut se produire entre les anticorps de la mère et les antigènes de l’embryon.

Traitement >> Prise d' immunomodulateurs. Ce traitement est similaires à ceux qui sont utilisés lors des transplantations d’organes afin d’en éviter le rejet pour éviter l’attaque des cellules NK contre l’embryon.

Pour tout renseignement contactez notre équipe médicale qui saura vous renseigner et vous orienter vers les meilleurs traitements.



82 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page